Laurent Couson

Compositeur et chef d'orchestre


Laurent Couson exerce les professions de compositeur, pianiste et chef d’orchestre. Très jeune, il mène des études couronnées de premiers prix au Conservatoire de Tours. Il entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et à l’Ecole Normale de Musique de Paris où il connaît le même succès.

Il entame sa carrière au sein de Radio France, qui lui passe ses premières commandes, qu’il dirige lui même, puis on joue ses oeuvres à la salle Pleyel, au Théâtre des Champs Elysées, au Théâtre de la Ville et à Carnegie Hall, New York.

Il devient directeur musical associé de l’Orchestre et Chœur des Trois Cultures basé à Seville et à Rabat de 2007 à 2013.
Il est aussi assistant musical de Marc Minkowski, auprès des Musiciens du Louvre.

En 2015, il devient directeur musical du South Asia Symphonic Orchestra et du Bangkok Chamber Orchestra en Thaïlande. Il créé South Asia Music Production, une structure de production internationale, possédant son propre studio d’enregistrement symphonique, Studio 28, et réalisant plus d’une centaine d’enregistrements et de concerts.

En tant que chef d’orchestre, il dirige ses créations et des oeuvres du répertoire avec notamment les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre de l’Opéra de Paris, Orchestre National de Bordeaux, Les Musiciens du Louvre, Orchestre symphonique de Prague, London Symphonic Orchestra, Orchestre de la Radio Bulgare, Orchestre de la Radio de Bucarest, Orchestre Symphonique de Budapest, European Camerata, Beijing Symphonic Orchestra, Qingdao Symphonic Orchestra, Sarrebrucken Stadtsorchester...

En tant que compositeur, il écrit et dirige plusieurs spectacles musicaux qui voient le succès dans de grands théâtres parisiens comme Anges et Démons (un conte musical dont le parrain n’est autre que Didier Lockwood), Roméos et Juliettes (une mise en musique hip-hop de la tragédie shakespearienne) ou Monsieur Luxure (que Laurent Couson interprète lui-même), tous salués par la critique. Sa dernière création l’Electro Symphonic Project (une rencontre entre l(orchestre symphonique et des DJs) a créé l’évènement à l’Opéra de Bordeaux (en 2018) et à la Seine Musicale à Paris (en 2019).

Image

Pendant le confinement du printemps 2020, il compose Requiem XIX , une oeuvre qui célèbre la renaissance de la vie et le rapprochement des cultures, écrite en 3 langues
(latin, hébreu et arable) et inspirée du mythe de la tour de Babel (création mondiale le 30 janvier 2021).

Resolumment tourné vers la composition de Musique de films, il signe la musique originale d’une trentaine de longs métrages avec notamment Claude Lelouch, Luc Besson, Xavier Palud ou Nae carenfil et de nombreux films en Chine, où il donne plus de 50 concerts.

Il travaille aussi comme arrangeur et directeur musical auprès de nombreux musiciens de Jazz ou Chanson Française. Il collabore notamment avec Charles Aznavour, Dee Dee Bridgewater, Didier Lockwood, Francis Lai, Gerard Manset, Régine, Liane Foly, Anggun, Marianne James, Arielle Dombasle, Sylvie Joly, Cecilia Cara, Stéphane Belmondo, Khalil Chahine, Jean Marie Ecay, André Ceccarelli, Eric Legnini...

Il s’est également produit comme comédien, notamment en tant que premier rôle masculin dans le film de Claude Lelouch Ces Amours là. Puis on le voit dans Salaud on t’aime au côté de Johnny Hallyday, dans Un plus une ou dans Chacun sa vie au côté de Jean Dujardin. Il reviendra à l'écran avec L'amour c'est mieux que la vie pour lequel il a également composé la musique et qui sera le cinquantième et dernier film de Claude Lelouch (sortie prévue en 2021).


Melody Louledjian

Soprano

Très appréciée pour ses qualités vocales et son excellent niveau musical, Melody Louledjian aborde les répertoires classique et contempo- rain avec la même réussite. Elle fait ses débuts dans les rôles de Lucia/Lucia di Lammermoor au Cultural Center of the Philippines en Janvier 2020 et Violetta/ La Traviata à l’opéra de Tenerife en 2018.
Française d’origine d’arménienne, Melody Louledjian commence la musique dès son plus jeune âge. Après un Premier Prix de Piano puis des Masters de Chant avec éloges à Lyon puis Vienne, elle débute vérita- blement sa carrière au Grand Théâtre de Bordeaux dans Le Balcon de Peter Eötvös, ou elle chante rôle de Carmen, une jeune prostituée. Sa prestation est saluée par la critique et elle sera dès lors très régulièrement invitée par ce théâtre.

Sa personnalité, son solide bagage musical, son oreille redoutable et sa polyvalence l’amènent à aborder de nombreux répertoires. Très à l’aise dans la musique contemporaine, elle est régulièrement l’invitée de prestigieux ensembles comme l’Intercontemporain, Contrechamps, Ensemble Modern, l’Instant Donné et le Klangforum. Elle affectionne le travail de création avec les compositeurs tout comme les performances les plus hautes en couleur, et se produit sur de grandes scènes comme la Philharmonie de Paris, le Konzert Haus Berlin, la Tonhalle-Orchester Zürich, la Tonhalle Düssel- dorf, , l’IRCAM, l’Alte Oper de Franckort, la Radio Suisse Romande et de nombreux festivals internationaux :, März Festival à Berlin, Acht Brücken Festival à Cologne and Düsseldorf, Algiers Festival, Festival d’Automne, Festival Musica de Strasbourg, Royaumont à Paris. Elle est une des interprètes les plus reconnues ces dernières années de l’œuvre magistrale de Grisey Quatre Chant pour Franchir de Seuil, pièce qu’elle chante à de nombreuses reprises dans de prestigieux Concert Hall comme la Philharmonie de Paris, la Kölner Philharmonie, l’Alte Oper-Musikfest à Frankfurt ou encore le Festival Archipel à Genève.

Elle incarne sur scène les rôles de Musetta/La Bohème, Elvira L’Italiana in Algeri, Eurydice/Orphée aux Enfers, Oberto/Alcina et Naïade/Ariadne auf Naxos au Grand Théâtre de Bordeaux, le Feu et Le Rossignol/L’Enfant et les Sortilèges et la 1ste Zofe/Der Zwerg à l’Opéra de Paris et au Bayerische Staatsoper, Ciboulette/Ciboulette à l’Opéra Comique, Woglinde/Das Rheingold et Waldvo- gel/Siegfried a la Casa da Musica de Porto, à la Cité de la Musique et le Teatro Reggio Emilia et du Luxembourg, la 5fte Mägd./Elektra et Adele/Die Fledermaus à l’Opéra de Nice, La Princesse/Marthe/Trois Contes à l’Opéra de Lille, Élise/Le Dilettante en Avignon à l’Opéra d’Avignon, Die Fräulein/Die Gespenstersonate à la Radio Suisse Romande, Gabrielle/La Vie parisienne à l’Opéra de Lausanne, Ber- gère/La Pastorale au Théâtre du Chatelet, Girandole/La Cour du roi Pétaud au Théâtre de l’Athénée.

Image

Elle se produit également en concert comme dans Carmina Burana à l’Opéra de St Etienne, la 9eme Symphonie de Beethoven au Grand Théâtre de Bordeaux, La Damoiselle Elue à la Philharmonie de Paris, dans des Airs de Gluck à l’Opéra de Nancy, avec la Camerata Ataremac à Lausanne dans Les Illuminations de Britten, chante aux Chorégies d’Orange, à l’Opéra Comique, l’Opéra de Nice. En récital, elle se chante sur les scènes de plusieurs pays comme au New Year Festival Gstaad, la Chapelle Reine Elisabeth

de Belgique, l’Auditorium de Lyon, au Japon, en Italie, plusieurs festivals français, en particulier avec les pianistes Antoine Palloc et Giulio Zappa.

Elle fait partie durant les saisons 2017/18/19 de l’Ensemble de Solistes en résidence au Grand Théâtre de Genève. Elle y chante les rôles de La Princesse Elsbeth/Fantasio, Arsena/ Der Tzigeuner Baron, Lola/Cavalleria Rusticana, Barbe- rine/Le Nozze di Figaro, Frasquita/Carmen, Xenia/Boris Godounov, Luigia/Viva la Mamma.


Marie-Christine Pannetier

Chef de Chœur


L’amour de la voix.

C’est ce qui a toujours guidé Marie-Christine Pannetier. Ses études, ses choix professionnels, ses aventures, ses engagements se résument à cela : une passion pour le chant. Faire chanter les enfants, les débutants, les amateurs, les étudiants, les professionnels, trouver l’étincelle en chaque chanteur quel que soit son niveau, quel que soit son talent, s’intéresser à toutes les musiques, tel est son chemin.

Munie d’une licence de musicologie (Sorbonne Paris IV), d’une médaille d’or en chant lyrique (CRD de Fresnes) et clarinettiste de formation (licence de concert de l’École Normale Supérieure de Musique de Paris), Marie-Christine Pannetier a enseigné comme professeur de la ville de Paris pendant 20 ans (à partir de 1982).

Fascinée par la découverte du répertoire polyphonique, elle crée en 1990 son propre chœur Al Fin Voce et obtient, en 1998, le CA de direction d’ensemble vocaux. Cette même année, elle est appelée à diriger l’ensemble vocal du journal Le Monde et crée son ensemble vocal parisien Pro Homine.

En 2001, elle est nommée chargée de mission par la Direction des Affaires Scolaires de la ville de Paris pour le déploiement des projets musicaux et évènements auprès des professeurs d’éducation musicale de la capitale.

En 2013, elle créé sa propre école de chant. Elle forme des chanteurs et anime des ateliers, travaillant autant la technique vocale que l’interprétation musicale. ET parce que la voix de chacun compte, elle dirige également des stages pour des publics aussi différents qu’inattendus : de communautés bénédictines à des groupes de détenus de Fleury-Mérogis.

Image

En 2015, elle choisit de se consacrer à sa véritable passion, la voix, et quitte son poste de chargée de mission de la Ville de Paris pour prendre la responsabilité du département voix au CRD de Fresnes. Elle y enseigne le chant lyrique, forme de futurs chanteurs professionnels, dirige les différents ensembles vocaux ainsi que la classe de direction de chœur destinée aux professeurs des écoles du département.

Durant toutes ces années, elle continue de diriger Al Fin Voce et Pro Homine dans le travail entrepris sur l’ensemble du répertoire polyphonique de la Renaissance à nos jours (Passions et Motets de Bach, Requiem de Mozart, Brahms, Fauré, Duruflé, Motets de Poulenc). Elle participe également à de nombreuses créations de musiques contemporaines (Le Corbeau de J.J. Werner, L’éloge de l’ombre de Ricardo Nilni avec l’ensemble instrumental 2E2M, la Cantate Nambikwara de Lourival Sylvestre, la Missa Brevis d’Edith Lejet, le Requiem de Frédéric Ledroit à La Madeleine - CD Skarbo) jusqu’au Requiem XIX de Laurent Couzon.

Musicienne enthousiaste et engagée, aujourd‘hui à la tête de trois chœurs, toute la carrière de Marie Christine Pannetier reflète sa profonde vocation pédagogique et artistique et révèle son énergie à entreprendre, à partager et à faire découvrir au plus grand nombre, chanteurs ou auditeurs, la dimension universelle et spirituelle de la Musique.


Pro Homine

Groupe Vocal

Le Groupe Vocal Pro Homine, composé de 24 chanteurs, a été fondé en 1998 par Marie-Christine Pannetier. Sous sa direction, ils entreprennent un travail sur l’ensemble du répertoire du chant choral de la Renaissance à nos jours, refusant  la spécialisation dans une époque pour laisser percevoir  à l’auditeur les influences évidentes mais aussi les  contrastes qui existent dans le traitement vocal et  l’interprétation stylistique.

Le groupe vocal a notamment interprété des œuvres  a cappella sacrées et profanes de la Renaissance, la  Passion selon St Jean et la Messe en Si de J.S. Bach,  un Requiem Allemand de Brahms, la Missa Brevis Tempore Belli de Z. Kodaly, le Requiem et la Messe  en Ut de Mozart, la Messe en sol de Schubert, de nombreuses œuvres de Poulenc, la Messe de Minuit de Charpentier, le Gloria de Vivaldi, les Requiem de Fauré  et de Duruflé, la Petite Messe Solennelle de Rossini au Festival Piano en Valois à Angoulême, Dona Nobis  Pacem de V. Williams et le Stabat Mater de Dvořak. 

Des œuvres contemporaines d’Yvonne Desportes  (1991), d’Édith Lejet (1996), d’André David (2004),  de Lourival Sylvestre (2011) et le Requiem de Frederic  Ledroit, en création à la Madeleine (CD Skarbo, 2012)  et de Georges Delerue (2020) figurent aussi à son  répertoire. 

En 2013, le groupe a également assuré la production de l’opéra Platée de Rameau, mis en scène et en costumes.
Il se produit en Région parisienne, en province ou à l’étranger. Depuis une quinzaine d’années, le groupe vocal Pro Homine est soutenu et subventionné par la Ville de Paris.

Image

Al Fin Voce

Groupe Vocal

Al Fin Voce, trois mots italiens pour signifier la passion du chant de Marie- Christine Pannetier et de ses choristes... mais également l’envie du chef de chœur de les amener vers le « meilleur de leur voix ».
Créé en 1990, cet ensemble réunit une trentaine d’adultes autour d’un répertoire classique, sacré ou profane, a capella, avec orgue, piano ou orchestre. Parmi les œuvres interprétées, citons les plus importantes : Vivaldi (Gloria, Magnificat), M.A. Charpentier (Messe de Minuit), H. Purcell

(Funérailles de la Reine Marie, Opéras Didon et Enée et King Arthur mis en scène), Mozart (Cantate domino, Misericordia Domini, Requiem), Schubert (Messe en sol, Ständchen), Rossini (Petite Messe Solennelle), Brahms (opus 17 pour voix de femmes, harpe et cors ; Un Requiem allemand), Puccini (Messa di Gloria), Faure (Requiem), Rameau (Opéra-comique Platée, mis en scène), Bach (La Passion selon Saint Jean).
Le chœur Al Fin Voce est soutenu et subventionné par la Ville de Vaucresson et dans le cadre de ses grands projets par le Conseil Général des Hauts de Seine.

Image

L’Ensemble Magnifica

Musiciens

Depuis plus de trois décennies, le Quintette de cuivres MAGNIFICA représente avec brio l’école française des Cuivres.

Lauréate de la Fondation Yehudi Menuhin en 1986, cette formation a remporté le Premier Prix du Concours International de Quintette de Cuivres de Baltimore (USA) et est également lauréate du Concours International de Narbonne.

Comptant parmi les plus importantes formations de musique de chambre françaises, cette formation participe à de prestigieux festivals ( Radio-France, Flâneries Musicales de Reims, Saint Bertrand de Comminges, l’Epau, Auvers sur Oise, Paris -Sorbonne, ...) et se produit régulièrement sur les scènes internationales : Etats-Unis, Japon, Amérique du sud, Russie, Israël, Autriche, Hongrie, Maroc, Luxembourg...

Fort de son expérience, il dispose d’un large répertoire, œuvres originales et transcriptions.
Des pièces polyphoniques de la Renaissance aux partitions de notre temps, l’ambition est d’aborder tous les registres, de la musique savante aux partitions plus légères.

Pédagogues reconnus et soucieux de partager leur passion, les membres du quintette MAGNIFICA sont demandés tant par les Conservatoires que par les Académies estivales. Ils donnent des classes de maîtres tant en France qu’à l’étranger (orchestre de Tunisie, Musique des Forces Armées du Sénégal, Conservatoires de Moscou et Bogota...) et jouent parfois avec les élèves de ces manifestations en lever de rideau.

Ils collaborent également avec de nombreux solistes internationaux, chœurs et même comédiens. Le Quintette MAGNIFICA partage aussi la scène avec des organistes d’exception tels Thomas Ospital, Christophe Piedoux, Pierre Méa, ...

Les musiciens du quintette MAGNIFICA ont toujours été à la recherche de projets novateurs et ont suscité de nouvelles associations musicales :
avec Soprano, création d’un répertoire unique avec la chanteuse japonaise Shigeko Hata, collaboration marquée par 2 CD sous le label Indésens, dont le dernier consacré à la musique française (2017). Quintette de cuivres et Orchestre Symphonique avec la création du Concerto « Couleurs Cuivres » de Jean-Pascal Beintus aux côtés de l’Orchestre Lamoureux au Théâtre des Champs-Elysées ou avec Orchestre d’Harmonie, voire Brass Band.

Magnifica joue régulièrement le programme « Lumière sur Broadway » avec Isabelle Georges et Frederik Steenbrink au chant, piano et batterie avec des retranscriptions inédites.

Les derniers projets en date sont l’enregistrement de pièces avec Pierre Méa à l’orgue (Haendel, Boellman, Guilmant,...) et le Magnificat de Bach, Gloria de Rutter pour 8 cuivres, orgue et percussions

MAGNIFICA a son identité propre, cette orientation musicale marque les enregistrements discographiques du quintette.

www.magnifica.net

Image